Bayonne - 28 octobre 2022

Points de Vue 2022 : 10 oeuvres streetart de plus à Bayonne

KindaBreak est allé à la découverte des 10 nouvelles oeuvres de streetart à Bayonne dans le cadre de la 6ème édition du Festival Points de Vue. On vous présente les artistes et un aperçu de leur travail. Allez-y ! Les oeuvres restent en place sans limite de durée !

Courant octobre 2022, 10 nouvelles oeuvres d’art ont fait leur apparition dans l’espace public dans le cadre de la 6ème édition du Festival Points de Vue. Bayonne, aujourd’hui, qui compte une centaine d’oeuvres exposées dans ses rues, est devenu un musée à ciel ouvert autant qu’une référence en matière de streetart. Le Festival Points de Vue a fait émerger à lui tout seul à Bayonne 85 oeuvres et 67 artistes au total depuis 2017.

KindaBreak est allé à la rencontre de ces 10 nouvelles oeuvres (9 exactement car une a été retardée) et vous livre les photos, adresses exactes et explications sur les artistes et travail en question. Venez flâner à Bayonne le temps d’une journée, levez les yeux et prenez plaisir à découvrir le talent d’artistes éclectiques, invités à s’exprimer en pleine rue, sur les murs de commerces ou logements. Parfois elles ne sont pas faciles à trouver et cela peut s’apparenter à une petite chasse au trésor particulièrement agréable en famille ou entre amis. Vous trouverez à l’office de tourisme ou à la Galerie d’Art SpaceJunk le plan des oeuvres. Notez également qu’au DIDAM jusqu’au 20 novembre 2022, une exposition vient compléter le circuit, présentant le travail de la plupart des artistes du Festival Points de Vue quand ils ne créent pas dans la rue.

Merci au photographe et vidéaste Pierre Chambion qui m’a accompagné sur ce reportage.

Parfois les oeuvres sont là où on ne les attend pas, prenez-vous au jeu et ouvrez-l’oeil !

PREF (@pre_fid) / 53 allées Marines

Graffeur et muraliste anglais, Pref est connu pour ses oeuvres de style typographique. À coup de torsions et de courbes, l’artiste triture les mots et expressions de la langue courante pour inviter le spectateur à les démêler et les déchiffrer autrement. Ici son oeuvre ré-interprète les mots « Inspire » et « Expire », qui s’écrivent pareil en français et anglais. Les lettres suivent le rythme et la cadence de la respiration.

MADAME (@m__a__d__a__m__e) : 1 bis rue des Lisses

Inspirée par sa formation de comédienne et scénographe, Madame propose des saynètes de théâtre à ciel ouvert dans nos paysages urbains. Ses collages présentent une interprétation moderne de l’iconographie ancienne en la faisant dialoguer avec le monde d’aujourd’hui. Son oeuvre est particulière car elle est la seule à faire partie du projet le MUR. À travers une association qui existe dans plusieurs villes, il s’agit d’un mur éphémère à disposition d’artistes pendant un temps donné. Ainsi cet emplacement à Bayonne sera proposé à un nouvel artiste d’ici 3 mois et son oeuvre se verra effacée. Pas loin de son oeuvre, faites un saut à la Galerie Spacejunk (35 rue Sainte-Catherine) qui présente une exposition de Madame jusqu’au 5 novembre 2022, une déclinaison de son travail à l’échelle de petites boîtes en 3D…

LPVDA (@aka_lpvda_artiste) / 9 bis rue Georges Berges

C’est à l’aide d’une ponceuse, d’une meule et d’un chalumeau qu’Antoine Guignard alias LPVDA (Les Pinceaux Verts d’Antoine) donne vie à ses oeuvres. Il utilise comme support les pans de bois vieillis par le temps et s’appuie sur l’unicité de chaque planche pour esquisser des visages emprunts d’une émotion universelle. C’est un mur d’une crèche en bardage bois qu’il lui a été confié dans le cadre de ce festival à Bayonne. Il faut s’immiscer dans la vie de ce petit quartier bayonnais pour la trouver. On retrouve des images d’enfants qui jouent, se touchent, s’attrapent ou tiennent des guidons de tricycle à pleine mains… à l’image de scènes de vie d’une crèche. L’artiste a réalisé un travail remarquable pour se fondre dans le décor et le lieu. Ce jour là, les nombreuses feuilles mortes au pied de l’oeuvre, donnaient encore plus de caractère et de sens à son travail sur bois et au plus près de la nature.

POZE (@yannchatelin) / 101 rue Maubec

Yann Chatelin, alias Poze, est un artiste peintre, calligraphe urbain et muraliste amoureux du voyage. Installé aujourd’hui dans le Béarn après une dizaine d’années passées au Maroc, ce spécialiste de la calligraphie arabe prend le lettrage en otage de son dessin pour jouer sur les formes et le sens de ses créations. Il a fallu un peu de malice pour trouver cette oeuvre cachée derrière la rue. Elle se trouve à côté d’un lavoir qui est encore en activité à Bayonne, les gens viennent parfois y laver et étendre leurs draps. Yann s’est inspiré de la thématique du manque d’eau et des restrictions en eau de cet été particulièrement sec. Le lavoir était sec au moment de la réalisation de son oeuvre. En calligraphie arabe-basque-français il a écrit « Au bout du Pont », cette mention est la réponse à son autre fresque réalisée à Ustaritz où il mentionnait « Où allons nous ?« . Plusieurs lectures peuvent donner du sens à son oeuvre : des prévisions pessimistes sur l’avenir de l’eau sur la planète ou un jeu de mots avec le Pont St-Esprit à Bayonne…

ESCIF (@escif) / 63 rue Maubec

Artiste espagnol engagé et libertaire, Escif peint pour interpeller le spectateur et dénoncer des sujets d’actualité. Ses oeuvres murales questionnent notre société et valorisent les luttes actuelles, les mouvements de résistance, les problématiques environnementales… « Libre et sauvage » avec ses représentations de peintres qui prennent le temps de peindre avec un chevalet dans un jardin comme à la Belle Epoque est un pied de nez à cet emplacement où passent voitures et autres transports à toute vitesse.

ADÈLE RENAULT (adelerenault) / 4 rue Sainte-Ursule

Adèle Renault magnifie le quotidien d’une touche habile et poétique avec deux sujets de prédilection : les plantes et les pigeons dont elle aime grossir les moindres détails. Adèle donne à voir ce qu’on ne regarde plus dans des oeuvres réalistes qu’elle produit sur toile ou, comme ici à Bayonne, dans de grandes fresques murales. Elle est une des seules à avoir peint uniquement à la bombe et sans acrylique. Son oeuvre a demandé beaucoup de temps et se fond parfaitement à l’architecture du bâtiment et de la gare de Bayonne.

LE MODULE DE ZEER (@mehdicibille) / 6 bis avenue de Jouandin

À l’aube des années 2000, Mehdi Cibille crée le « module », un ensemble de lignes noires constituant un motif aux embranchements complexes et faussement répétitif. Volatil, fluide, abstrait, ludique et dynamique, l’artiste installe son module là où la surface l’accueille. Mehdi peint tout à la bombe et en noir. Pour le festival Points de Vue, Mehdi s’est vu confier une cours de la Cité Breuer, le quartier des Hauts de Bayonne avec ses 2200 appartements aux volets rouges et orange. Chacun aura sa propre lecture et références à ses formes abstraites noires (monstres, zombis, robots, oeils, bouches…) mais le plus interessant ici, est le jeu de perspective créé avec les différentes colonnes selon l’emplacement où l’on se trouve.

JOHN WENTZ (@johnwentz) / 2 rue Sainte-Ursule

L’oeuvre de John Wentz parle du processus de création picturale en présentant des images réduites et simplifiées à leurs principes fondamentaux. En utilisant systématiquement la figure humaine comme modèle, le peintre questionne la psychologue moderne et cherche à dévoiler ses secrets. Cet américain a passé beaucoup de temps à s’imprégner du lieu et discuter avec les autochtones avant de se lancer. Les commerçants en effet tiennent beaucoup à ce mur classé, avec l’église à côté et ses nombreuses anciennes inscriptions. John a conservé les inscriptions et joué avec l’expression « toutes les plaies », son personnage féminin semble prend soin des passants et clients de la brasserie, lieu de vie et de passage juste en face de la gare de Bayonne.

NELIO (@_nelio) / 58 avenue du Capitaine Resplandy

Les illustrations abstraites, aérodynamiques et minimalistes de Nello sont une invitation à l’évasion. Sur des murs de plusieurs mètres de long ou de haut, il s’exprime avec des lignes et des ronds aussi loin qu’il le peut, pour rendre l’espace urbain plus agréable et stimuler l’imagination des passants.

Pas de photo publiée pour celle-là… on vous laisse le plaisir de la découvrir par vous même !

Merci au photographe et vidéaste Pierre Chambion qui m’a accompagné pendant ce reportage.

Kindabreak

Festival StreetArt Bayonne - Points de Vue 2022

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Festival StreetArt Bayonne - Points de Vue 2022
à découvrir aussi
Gourmandises - 15 juin 2020
Top des artisans glaciers Landes/Pays-basque
Il y a une chose que personne n'est en mesure de boycotter durant l'été. C'est la glace ! On vous…
Restaurants - 9 juillet 2020
Coffee Muxu à Bayonne : café, brunch et etxea !
Coffee Muxu est le tout nouveau Coffee shop à la sauce basque à Bayonne ! Dans une adresse résolument branchée…
Villes - 22 juillet 2020
Nouveau à Bayonne : L’hôtel Villa KOEGUI
J'ai passé la nuit au tout nouveau hôtel**** Villa KOEGUI dans le quartier historique du petit Bayonne afin de vous…