Escapades ¬ 14 novembre 2019

Pic du Rey – Vallée d’Ossau – Pyrénées

Opération bières et chamallows grillés en famille au sommet du Pic du Rey dans les Pyrénées. Si la vue à 360 degrés sur le Pic du Midi d’Ossau et la plaine de Pau est imprenable, le spot n’est clairement pas l’idéal pour un bivouac. Côté rando, l’ascension est une petite randonnée bien agréable de deux heures de montée.

Nous voilà repartis pour un petit bivouac en famille, avec notre fils de six ans qui nous réclamait depuis pas mal de temps de repartir dormir sous la tente… Nous avions encore jamais fait le Pic du Rey en Vallée d’Ossau alors que la randonnée est relativement facile et la vue sur les crêtes est magnifique, offrant un panorama à 360 degrés sur le Pic du Midi d’Ossau et une vue dégagée sur la plaine de Pau.

Il y a deux itinéraires possibles pour accéder au Pic. Nous avons choisi le plus rapide mais aussi le plus rude au départ du Port de Castet. Vous pouvez aussi choisir le départ versant nord à Louvie-Juzon. L’aller s’est déroulé sans problème, nous avons pris notre temps, ça grimpe, mais ça reste gentil. La descente a été beaucoup plus compliquée car il a plu toute la nuit et le matin il y avait un gros brouillard et encore beaucoup d’humidité. Le sol était donc très glissant, avec beaucoup de boue et nous avions très peur que notre fils chute. Du coup nous l’avons encordé toute la descente et c’était plutôt prudent de notre part, car avec les rochers glissants et toutes les précautions prises, aucun de nous trois n’a réussi à ne pas glisser au moins une fois sur le chemin… !

On se focalise souvent sur la difficulté et l’effort physique de la montée en randonnée, pourtant les descentes sont souvent les plus dangereuses et éprouvantes. Il ne faut pas les sous estimer.

Clairement, pour un bivouac, le Pic du Rey n’est pas l’idéal. La vue est dingue mais y planter la tente est une toute autre histoire car il s’agit de crêtes et le spot n’offre pas de surface plate. On a donc pas mal galéré une fois en haut pour se mettre d’accord et trouver le spot parfait pour planter la tente. Nous recherchions juste -allez 3m2 de surface plate- et pourtant l’affaire n’était pas gagnée. La nuit était proche de tomber et nous ne devions pas trainer non plus…

Parfois la surface était relativement plate mais au lieu d’avoir de l’herbe au sol il y avait toujours une grosse pierre impossible à déplacer ou carrément un parterre de cailloux au sol. Finalement nous semblions avoir trouvé l’endroit idéal mais une énorme bouse de vache bien fraîche se trouvait juste au milieu ! Tant pis, nous décidions de garder cet endroit et nous voilà avec des pierres à la main à tenter de déloger une bouse de vache encore bien trop fraîche… nous avons ramassé un maximum d’herbes hautes pour tenter de recouvrir la bouse et protéger la tente.

Une fois posés et la tente montée, il faut se changer et mettre des vêtements secs pour éviter de tomber malade avec le froid de la tombée de la nuit. Ensuite, vient le moment de faire le feu, ramasser des pierres, des branches et du bois sec. Et quand le feu prend, c’est toujours mon meilleur moment. Tout le monde se pose enfin, on ouvre les bières et les gâteaux d’apéritif.

C’est aussi ça la magie des randos, ce pouvoir de redonner la juste valeur aux choses et de se satisfaire des choses les plus simples.

Si je peux vous donner un conseil en rando comme en bivouac, inutile de trop vous encombrer et surtout de prendre trop de choses à manger. Souvent on s’encombre trop par peur de manquer et on se charge pour rien. Là haut et après l’effort, les goûts et saveurs prennent une tout autre dimension, la bière s’apprécie encore plus et le moindre gâteau, boite de sardines, pâté ou cassoulet… s’apprécie bien plus que si vous les dégustiez à la maison !

C’est ça aussi la magie des randos, ce pouvoir de redonner la juste valeur aux choses et de se satisfaire des choses les plus simples. Alors prenez peu à manger mais privilégiez la qualité. Une bière artisanale autre que Heineken, un pâté acheté chez un producteur… Pour cela nous avions fait quelques sélections de produits de la Maison Arostéguy à Biarritz. Le cerveau enregistre la saveur des produits dégustés ce jour-là et les mêle à l’ambiance et l’atmosphère du moment vécu tous ensemble. De quoi laisser d’encore meilleurs souvenirs de ce bivaouc. Ne lésinez donc pas sur le choix des produits culinaires à déguster là haut, ils sublimeront d’autant plus votre expérience en pleine nature.

Il parait qu’il a plu toute la nuit, je n’ai rien entendu, j’ai dormi comme un bébé…

La descente le matin s’est faite dans un épais brouillard et sous la pluie, ce qui fait que je ne me suis pas aventurée à sortir l’appareil photo mais plutôt à bien regarder où je mettais les pieds pour ne pas glisser… Nous sommes arrivés à la voiture heureux mais trempés jusqu’aux os. Et bien contents de rentrer prendre une bonne douche chaude et se mettre au sec. Pour la petite anecdote, le lendemain notre fils était recouvert de tiques, de minuscules petits points noirs sur les jambes et le torse principalement. Pas d’inquiétude, cela fait partie des joies de la montagne l’été. C’est important de le savoir et de vérifier si on en a les jours suivants. Si minuscules qu’ils soient il faut les retirer très délicatement avec un tire-tique ou pince à épiler, ils partent assez facilement et ensuite pensez à désinfecter. Surveillez les jours suivants que n’apparaissent pas de rougeurs ou de grosses fatigues mais la maladie de Lyme, si souvent dans les discussions aujourd’hui, reste quand même relativement rare.

Kindabreak

Pic du Rey / Vallée d'Ossau
Notes
Niveau : Randonnée facile à intermédiaire
Altitude : 1349 m
Dénivelé : 900m au départ de Louvie-Juzon (Versant Nord) / 650 m au départ du Port de Castet (Versant Sud)
Durée : 4h30 (Versant Nord) 11km / 3h30 (Versant Sud) 8km
Départ : Eglise de Louvie-Juzon ou Port de Castet
Distance et itinéraire depuis Bayonne : Comptez 2h, sortir à Pau et suivre direction Arudy D934 jusqu'à Louvie-Juzon. Se garer à la place principale de Louvie-Juzon pour l'itinéraire facile ou bien au Port de Castet pour l'itinéraire plus court mais plus technique

1 commentaire pour “Pic du Rey – Vallée d’Ossau – Pyrénées

  1. Delerm dit :

    Très bel article. J’adore les photos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *