next

>30

Oct

29

Oct

Biarritz

Pagans & Lagunak

Pagans est le label décloisonnant, dépaysant, transgressif, fondé par Artús pour un territoire artistique à son image, aventurier, expérimental, ancré dans une culture décomplexée et ouverte.

JEUDI
LA TAULA – CHOC GAZEL – BEGAYER & ANTOINE LOYER
VENDREDI
ROMAIN BAUDOIN – MÄIRÜ – ARTUS
Gratuit pour les adhérents
Pass 2 soirs ) à 10€

LA TAULA
Moment intime, intimiste, d’écoute et de poésie. Les deux cousins Romain Baudoin & Matèu Baudoin sont assis à une table au milieu du public et se laissent perdre dans l’immensité de leur répertoire, choisissant des ports d’attaches le temps d’un thème, se laissant dériver par l’improvisation vers un autre. Avec eux, une chaise vide est disponible pour la rencontre avec l’inconnu, une personne extérieure est invitée à venir l’occuper pour partager son savoir de musiciens, de conteur, de peintre, de danseur, de slameur, de poète…

CHOC GAZEL

Le son cristallin du duo CHOC GAZEL se dirige vers une même beauté cru(e). Poignante de simplicité, la musique se déploie entre ballades à l’aura crépusculaire et lumineuse et rythmes enivrants. Musicienne et vidéaste, Lila Fraysse puise dans le patrimoine occitan les sources de son chant clair, qu’elle fait résonner avec les multiples influences qui l’habitent. Elle expérimente la polyphonie, les timbres, le chant à danser au sein du duo Cocanha et s’empare également de la batterie qu’elle pratique ici avec un brio minimaliste. Guitariste autodidacte et hyperactif , Nicolas Lafourest joue avec Forêt, The And, Coddiwomple, Cannibales et Vahinés, Ostaar Klaké… Son jeu de guitare instinctif et singulier lui permet d’explorer toutes les contrées sonores, mélodiques et fragiles, expérimentales et bruitistes, mais toujours novatrices et sensibles.

BEGAYER & ANTOINE LOYER
Chanson française, bruitismes, rumeurs des musiques anciennes et lointaines, instruments faits-mains, radios-transistors modifiés et autres vieux objets électroniques, Bégayer cherche un geste pour les sans-folklores, pour les rejetons de cette culture du manque, enfantée aussi bien par les places publiques des villages que par le fourmillement des flux numériques. On peut voir la culture du manque comme une joie cruelle, l’occasion d’une communion entre l’interprétation titubante de gestes anciens et de tentatives présentes, il s’agit de construire des variations singulières et des débordements. Ainsi chaque chant bègue voudrait être un objet inquiétant et joyeux, dont l’obstination, la cruelle simplicité s’offrent en tant qu’objets manifestes d’agitation, comme distances à éprouver, comme études qui nous regardent.

ARTUS
Depuis 2000 et plus de 400 concerts, après 20 ans à explorer leur mémoire, essayant de retrouver des souvenirs qu’ils n’ont pas connu, les membres d’Artús ont créé leur propre genre, s’émancipant des dogmes de la tradition. Ils questionnent l’ultralocal (musiques, chansons et instruments des montagnes des Pyrénées ou de la forêt Landaise) pour achever une vision universelle du monde.
Radicaux et indomptables, ils puisent leur énergie dans le rock noise et progressif, les musiques expérimentales et indus, dans la culture, les poètes, les légendes et les instruments Gascons. Enracinés vers le futur, ils ont joué avec Gong, Gojira ou The Ex et possèdent leur propre compagnie artistique Hart Brut, leur studio d’enregistrement La Ferronnerie et leur label Pagans près de Pau, en Béarn.
Leur nouvel album « CERC », invoque les esprits de Magma ou de Swans à travers six morceaux qui n’en sont qu’un.

MAÜIRÜ
Imaginez un très ancien conte oublié, une odyssée en forme de voyage initiatique au cours de laquelle les six protagonistes, membres des groupes Panda Valium, Polygorn… , en quête d’une entité mythique, vont peu à peu prendre conscience du but réel de leur périple : la fusion vers un être unique qui n’est autre que celui qu’ils cherchaient : Maïru.
Cette fable moderne nous est contée ici dans le langage universel qu’est la musique, enracinée dans un passé lointain avec l’emploi de la txalaparta et transposée dans une trance profondément actuelle, où synthétiseurs et traitements modernes se lient aux échos des anciens.
A la fois tribal, envoûtant et surprenant, le récit ne laisse clairement pas indifférent. Inclassable et osé.

ROMAIN BAUDOIN – ARREHAR
Sur son nouveau projet solo « ARREHAR », Romain Baudoin utilise une vieille à roue traditionnelle pour mettre en lumières des sources sonores patrimoniales.
Un « post collectage », une musique poétique, sensible, une musique des savoirs faire et des savoirs être, une démarche expérimentale d’accompagnement où le musicien se met au service de ces collectes pour continuer à les faire vivre.

Atabal Biarritz
37 Allée du Moura
64200 Biarritz