previous next

>19

Jun

19

May

Biarritz

Expo Supakitch

L’artiste SUPAKITCH expose en solo à la Galerie Barthelemy Bouscayrol à Biarritz du 19 mai au 19 juin 2021

Il y a parfois ces pays traversés dans l’enfance qui laissent une empreinte inconsciente, ou que l’insouciance des jeunes années rend imperceptible. Ces lieux que l’on retrouve plus tard parce qu’ils nous ont choisi et que l’on y revient comme une évidence.

C’est ainsi que le Pays Basque est entré dans la vie de Guillaume GRANDO dit SUPAKITCH ; qu’il y a laissé une trace durable qui, des années plus tard, l’a fait revenir y poser sa famille et sa vie. Ici, pour ceux qui savent écouter avec le cœur, tout, de la douceur de vivre à l’harmonie des lieux, procure une exaltation quotidienne des sens et invite à goûter pleinement l’instant.

Terre de culture, d’histoire et de traditions préservées, le Pays Basque est, aussi, riche de paysages contrastés entre Océan et Pyrénées.

Posé dans cet écrin de nature soustrait à l’agitation de l’époque, Guillaume y puise l’essence de sa création. Aujourd’hui à travers l’exposition Basque Country Club, il veut rendre hommage à ce pays qui l’a accueilli et qu’il a appris à connaitre ; un éloge contemporain à la beauté de ce territoire unique et au mode de vie paisible qu’il inspire et qui a toujours séduit artistes, écrivains et voyageurs.

Une séduction à facettes que chacun cultive à sa façon. Tantôt l’énergie libératrice de l’océan captive au gré de son fascinant mouvement perpétuel, et on ne se lasse pas du jeu des couleurs de l’eau : bleu, vert, blanc d’écume, ou lorsque le soleil disparaît à l’horizon, une déclinaison infinie d’oranges et de rouges.

Tantôt la luxuriante nature, patiemment façonnée par les Pyrénées, retient loin de l’animation du littoral, et on arpente vallons et cols verdoyants. Paysage millénaire qui révèle hameaux et villages à l’architecture puissante, rythmée de couleurs et de formes aux harmonies subtiles.

Au fil des années, Guillaume s’est imprégné du Pays Basque et son œuvre en porte la trace intime. Nous connaissons bien sa fascination pour les éléments et la matière, qu’il explore à travers une abstraction profonde et enivrante.

Pour l’exposition Basque Country Club il livre un récit renouvelé, au plus près du propos qu’il veut partager, introduisant une part suggérée de figuration.

Toujours sobres et dépourvues de superflu, ses réalisations récentes ouvrent davantage sur son monde et cet environnement qu’il veut magnifier. Les ondulations envoûtantes de l’océan se parent des couleurs changeantes du jour et des saisons ; elles laissent émerger les mythiques rochers de la côte basque, qui furent autant de danger pour les pêcheurs des siècles passés ; elles rencontrent les lignes structurées d’une architecture parcellaire aux couleurs historiques du pays.

Face à l’incertitude et aux tâtonnements de l’époque que nous traversons, Guillaume GRANDO a plus que jamais la certitude que sa place est dans ce coin du monde aux reliefs et à la culture millénaires.