Biarritz ¬ 9 juillet 2017

Notre expérience du shape à la Shaper House Biarritz

Notre défi ? Tenter l’expérience du shape et réaliser une board de A à Z en une seule journée au sein de la Shaper House à Biarritz. Témoignage de Rémi, apprenti shaper dans cette aventure, qui nous détaille les différentes étapes du shape.

La Shaper House est un lieu unique à Biarritz visant à rendre accessible à tous l’aventure du shape. Nous concernant, sacré défi lorsqu’en plus de n’avoir jamais mis la main sur un pain de mousse l’élève est un piètre surfeur… Un challenge qui n’effraie pas Franck, bien décidé à partager son expérience et à nous faire découvrir toutes les étapes de la réalisation d’une board au gré des salles de l’atelier.

Salle 1 : Pre-Shape

Tout commence par la définition du modèle. À l’aide d’un logiciel dédié, vous pouvez visualiser des shapes 3D et choisir une base. La Shaper House permet d’accéder à un catalogue de modèles répondant aux attentes de la plupart des surfeurs. Au delà de ça, Franck est là pour faciliter le choix et si nécessaire, ajuster les côtes de la planche par rapport aux exigences du surfeur. Pour Kinda Break, l’objectif est de créer une planche fun et accessible permettant de vite prendre du plaisir et évoluer; ce sera un mini-longboard de 8 pieds.

Deux solutions permettent ensuite de donner au pain de mousse le shape souhaité. La méthode traditionnelle où toutes les étapes se font à la main et nécessitent une dizaine d’heures ou la méthode plus rapide en faisant appel à la technologie. Avec un timing serré, nous confions le secret de la Kinda Board à l’imposante KKL qui se chargera de nous délivrer en une vingtaine de minutes un pain de mousse prédécoupé selon nos côtes. Avec ses formes généreuses, il est assez impressionnant de voir avec quelle précision la machine se déplace pour donner forme à la planche. KKL ayant bien bossé, il va falloir maintenant s’y coller et passer dans l’une des deux salles de shape.

Salle 2 : Shape

Les choses sérieuses commencent ici. La machine livre un pain de mousse pré-shapé qu’il faut ensuite peaufiner pour lui donner sa forme finale. Dans un premier temps, le pain de mousse doit retrouver une forme lisse sur ses deux faces grâce au ponçage. Chaque geste doit être maitrisé pour respecter la forme et les symétries de la planche. Les conseils de Franck sont précieux pour lever l’appréhension face à la fragilité de la matière et assimiler l’importance de cette étape. Ensuite, il faut s’attaquer aux rails (bords de la planche) pour leurs donner la forme souhaitée. Là aussi, le respect de la symétrie est primordial et la précision est de rigueur. La lumière rasante et les teintes bleues de la salle favorisent la distinction des courbes et les défauts à corriger. En bon pédagogue, Franck guide les gestes et veille à ce que la planche ne prenne pas la forme d’une saucisse.

Malgré la poussière, le moment passé dans la salle de shape est agréable et a quelque chose de reposant. Toucher la matière, se concentrer sur les gestes et prendre le temps de se dire que ce qui prend forme sous ses mains sera bientôt sous ses pieds est vraiment cool. La Kinda Board est là, il n’y a plus qu’à la signer et à la préparer à passer dans la salle de glass…

Salle 3 : Glass

C’est dans cette salle que le pain de mousse fragile va être renforcé. Pour vous plonger dans l’ambiance de la salle, imaginez-vous enfermé dans un pot de vernis, ça devrait parler aux lectrices…  L’odeur des résines est vraiment puissante et le masque est le bienvenu. Combinaison intégrale et sacs plastiques sur les chaussures, ça tâche mais curieusement, les taches sont plutôt esthétiques. Le glass nécessite de la préparation et de la précision. La mousse est recouverte d’une fibre qui une fois imbibée de résine, apportera rigidité et solidité à la planche.

L’idée de la couleur de la Kinda Board est déjà définie, reste encore à la créer. Ici, pas de catalogue, chacun fait sa cuisine pour obtenir la teinte souhaitée. Une fois encore, l’expérience de Franck nous permettra d’obtenir la couleur imaginée. Application de la résine, coupe des excédents de matière, passage au four UV pour sécher rapidement, tout ça pour chacune des faces… on passe beaucoup de temps au glass et l’heure tourne. Dans sa belle robe « Bleue KindaBreak », la Kinda Board est là et n’attend plus que sa dérive. En quelques mouvements, la box de la dérive est placée et la planche peut filer au ponçage.

Salle 4 : Ponçage

Phase finale de la fabrication, le ponçage permet de corriger toutes les imperfections générées par le glaçage et d’apporter un aspect pur et lisse à la planche. Là encore, les gestes doivent être contrôlés pour ne pas trop attaquer la résine au risque de repartir à l’étape précédente ! Franck veille au grain et partage toutes ses astuces pour faciliter l’opération. Avec le ponçage, la planche perd sa brillance pour se vêtir d’une teinte mat. Au toucher, les aspérités disparaissent et laissent place à une sensation de douceur. Il est nécessaire de multiplier les aller-retours avec différents grains de papiers pour arriver à bout de toutes les aspérités disgracieuses et obtenir une planche sans imperfection ou presque…

Après toutes ces étapes, la Kinda Board est enfin terminée ! Il ne restera plus qu’à la customiser, et ceci grâce à l’intervention de l’artiste Yann Hubert.

Alors verdict, possible de shaper une board en une journée ?

Démarrée à 10h, la journée s’est terminée aux alentours de 19h avec une magnifique Kinda Board… inachevée ! Nous nous sommes arrêtés juste avant la phase de ponçage. Avec notre longboard et notre résine teintée, nous étions trop ambitieux et sommes revenus pour passer au ponçage, il nous manquait environ 2 heures de boulot. À priori, le défi est jouable mais plutôt pour une petite planche en résine incolore mais si l’aventure vous tente, préparez-vous à passer une journée intense et une bonne nuit en suivant.

Nos impressions sur l’expérience Shaper House

Nous l’avions imaginée, la Shaper House nous a aidé à la réaliser. Ce ne sera peut être pas la planche parfaite mais quelle satisfaction d’avoir fabriqué SA board. Partir d’une idée et voir l’objet prendre forme sous ses mains est exaltant. Notre expérience prouve que la Shaper House rend l’aventure accessible aux moins manuels d’entre nous mais permet surtout de prendre conscience de la valeur du travail du shaper. N’imaginez pas lancer votre marque de board après une journée passée à la Shaper House, vous vous rendrez vite compte que SHAPER EST UN VRAI METIER ! Que vous soyez surfeur débutant, confirmé ou que vous ayez un cadeau à faire à un passionné, n’hésitez pas à pousser les portes de la Shaper House à Biarritz. L’équipe vous y accueillera chaleureusement et vous y vivrez une expérience passionnante.

Texte Rémi Lasnier / Photos Damien Dohmen / Vidéo Théo Cheval

Commenter
Partager

1 commentaire pour “Notre expérience du shape à la Shaper House Biarritz

  1. Couchot dit :

    Tres bel article , bravo Remi et bravo aussi au photographe, superbe les photos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *